Gulasz à la polonaise et kluski śląskie{ragoût de viande au paprika et boulettes de pommes-de-terre}

Posted on

 

On pensait que le beau temps était revenu, que le printemps allait nous ramener piques-niques et promenades au soleil, que l’on allait bourgeonner avec les arbres et se nourrir uniquement de repas frais, et là le froid s’est permis de revenir à grands pas pour nous désillusionner…

C’est pour cette raison que je me suis dit qu’aujourd’hui est le bon moment pour vous présenter le gulasz, appelé ici goulache.

En Hongrie, le goulasch est une soupe à base de viande, de paprika, de légumes et d’aromates. Le paprika est l’élément indispensable du goulasch, pour les autres ingrédients, on peut les varier. Ce plat daterait vraisemblablement du XVIIème siècle et a connu son origine auprès des bouviers hongrois d’Alföld (Grande plaine hongroise), puisque le mot gulyás signifie « bouvier  » en hongrois.

Le goulache est un plat très répandu dans l’Europe Centrale et chaque pays a sa propre recette. En Pologne par exemple, il ne s’agit pas d’une soupe, le gulasz devient un plat de viande en sauce avec une forte présence de paprika. Les polonais utilisent généralement du bœuf, du porc, parfois du veau.

Le gulasz est très bon accompagné simplement de pain, mais comme je suis sympa, je vous donne également la recette des kluski qui l’accompagnent.

Les kluski śląskie sont des boulettes trouées de pommes-de-terre, rappelant les gnocchis. Elle sont originaires de Pologne également. Généralement, les kluski regroupent toute une gamme de préparations de formes diverses à base de farine et d’œufs, souvent avec des pommes-de-terre. Elles sont cuites à la vapeur, à l’eau, à la poèle, etc… Je vous avais déjà présenté les kopytka (ici). Il y a également les lane kluski, les hałuski, les pierogi leniwe (avec du fromage blanc), knedle (avec de la levure et farcis), pyzy (cuits à la vapeur) , et il en existe de nombreuses autres.

Les kluski que je vous présente viennent de la région polonaise Śląsk (Silésie), située dans le Sud. Elles sont inscrites sur la liste des « produits traditionnels de la région d’Opole ». Le petit creux formé en son centre permet une parfaite cuisson et de retenir la sauce du plat qui l’accompagne. Elles peuvent se servir aussi au dessert avec de la crème fraîche, parsemées de sucre et un peu de confiture aux fruits rouges.

Comme vous pouvez voir, j’ai également ajouté à ce plat du chou à choucroute cuit avec des champignons, c’est parfait.

Continue reading »


Pizza à la crème de poireaux & saumon fumé

Posted on

Je vous avais déjà donné ma recette de pizza avec une pâte bien moelleuse et plutôt épaisse. Cette fois-ci la pâte que j’ai préparé est bien fine et plutôt croustillante.

Au lieu de mettre une base habituelle à la tomate, j’ai préféré une crème de poireaux, qui s’allie très bien avec le saumon fumé et les sprats fumés. Je vous avais déjà parlé des sprats dans ma recette de rouleaux d’hiver.

J’ai également ajouté des olives vertes, des oignons rouges, des tomates séchées, de la mozzarella, des zestes de citron vert et j’ai parfumé le tout à la coriandre, parce que j’adore cette herbe!

Pour les végétariens, je vous conseille de remplacer les poissons par du tofu fumé, afin de garder ce petit goût fumé justement. Pour les végétaliens, il suffit d’enlever la mozzarella en plus.

Pas besoin de vous expliquer l’origine de la pizza, ni qu’elle se décline à l’infini.

La pâte à pizza ressemble à une pâte à pain. Elle se compose de farine (idéalement de type 00, sinon T45), d’eau, de sel, de levure et éventuellement d’huile d’olive. Elle doit lever environ 8 heures et être bien souple.

J’ai appris récemment, qu’une pizza se cuit en deux fois : une première fois avec la base, puis une seconde fois avec la garniture. Quoi qu’il en soit, la garniture ne doit pas trop cuire, elle doit être chaude, c’est tout. Et on ne cuit pas toute la garniture non plus, certains ingrédients se rajoutent après cuisson.

Si vous vous sentez l’âme d’un pizzaïolo, vous pouvez étaler la pâte dans les règles de l’art, en la faisant tournoyer autours de la paume de la main. Pour les moins doués, comme moi, évitez le rouleau à pâtisserie et étalez la pâte avec les mains, le plus finement possible.

Continue reading »


Mafaldines \ réginettes fraîches et boulettes de boeuf sauce tomate-olives

Posted on

Il existe environ 150 sortes de pâtes différentes, elles sont de taille et de forme très variées et elles portent généralement un nom italien. Les pâtes peuvent être sèches, donc composées de semoule de blé dur et d’eau (parfois d’œufs) ; ou fraîches, donc composées de farine de blé et d’œufs. La farine utilisée pour les pâtes fraîches est une farine très fine, idéalement une Type 00, qui est faible en protéines. Elle est difficile à trouver en France, mais très répandue en Italie. On peut très bien la remplacer par de la farine T45. Vous pouvez également utiliser de la farine complète ou semi complète, mais les pâtes seront plus grossières.

Je n’ai pas encore eu l’occasion de vous présenter ma « machine à pâtes », mon laminoir quoi, que ma mère m’a offert. Il est italien et il est parfait pour faire des pâtes sans se battre avec la pâte. La pâte à pâtes est très élastique et donc difficile à travailler, le laminoir permet d’obtenir une pâte très fine, et donc goûteuse. Cette machine à pâtes me permet de faire au moins dix sortes de pâtes.

et voici la bête : laminoir ou machine à pâtes

J’ai choisi de faire des mafaldines, également appelées reginettes, qui doivent leur nom à la princesse Mafalda de Savoie, dont l’histoire, je vous l’avoue me laisse assez perplexe.

Les boulettes qui les accompagnent sont au bœuf, et je les ai servies avec une sauce tomate aux olives vertes et noires. Mes pâtes sont aromatisées à la marjolaine et au persil séchés, mais vous pouvez varier avec d’autres herbes sèches comme du basilic, du thym, de l’estragon, etc…

C’est un plat basique mais gourmand que l’on parsème généreusement de parmesan!

Continue reading »


Gratin de poisson aux légumes, sauce au persil

Posted on

J’adore quand un petit plat simple se transforme en délice!

Quand on ne veut pas se prendre la tête et qu’on n’a pas trop de temps, ce gratin de poisson est top!

Ici, rien de compliqué : du poisson blanc, des légumes et une sauce délicieuse qui accompagne le tout.

La sauce est faite avec du persil, mais un mélange d’herbes type coriandre et basilic doit être encore meilleurs.

Continue reading »


Gratin de gnocchis de potimarron au roquefort et chorizo [Gratin tout orange]

Posted on

gratingnocchis1

Je vous avais donc promis deux recettes à faire avec les gnocchis de potimarron, voici la deuxième.

Bien entendu, ces recettes peuvent se faire avec les gnocchis de votre choix.

J’ai choisi de faire un gratin tout orange, avec du chorizo, de la tomate et du roquefort. J’aurais pu choisir le cheddar pour le coup, mais j’ai trouvé que le roquefort apporte du caractère à ces gnocchis. Le chorizo amène également un peu de chaleur à ce plat. Choisissez le chorizo de votre choix. Il en existe du plus doux au plus fort. Si vous aimez le piment, n’hésitez pas à choisir le plus fort, il va vous réchauffer…

C’est un petit plat réconfortant pour ces journées froides. Je vous donne la recette pour deux, elle convient également à une seule personne, si l’on est gourmand.

Servez ce plat avec une salade de roquette aux noisettes. Continue reading »


Gnocchis de potimarron, ricotta, champignons et tomates séchées

Posted on

 

gnocchis-ricotta1

Je vous avais promis de partager avec vous deux recettes à faire avec les gnocchis de potimarron. Eh bien voici la première.

J’y ai mis de la ricotta, des tomates séchées, des champignons, mais aussi des lardons, qui sont facultatifs. Bon, j’ai trouvé que la ricotta rendait un peu le plat lourd, le mieux est d’y ajouter un peu de crème fraîche, comme je l’ai fait dans la recette.

Continue reading »


Pudding salé [ou que faire avec du pain rassis]

Posted on

pudding1

Je ne jette que très rarement le pain. Il faut vraiment qu’il soit moisi pour avoir le réflexe de le jeter.

Du coup j’ai souvent un tas de pain sec qui attend que je veuille bien m’en occuper. Alors la plupart du temps, je le dore au four, puis je le mixe pour en faire de la chapelure.

Mais là, j’ai voulu en utiliser en quantité plus grande afin de l’écouler.

Une amie a récemment fait un pudding sucré lors de notre rencontre, je me suis demandée quel en serait son goût si je le faisait version salée.

Le résultat donne une sorte de cake salé. J’y ai mis des olives vertes, de la feta, des tomates séchées et du poivron.

Continue reading »


Cuisse de poulet façon basquaise, farcie au chorizo, riz au lait salé

Posted on

pouletchorizo1

Et si on se mangeait du poulet basquaise, mais version améliorée?

Je voulais faire une jolie assiette, avec des ingrédients simples et une recette tout aussi simple.

J’ai trouvé l’idée seule cette fois-ci, sans copier sur un bouquin de cuisine.

Vous trouverez dans cette recette une cuisse de poulet farcie avec une mousseline de volaille au chorizo. Je vous avais déjà expliqué le principe de la mousseline, dans ma recette de raviolis.

La sauce basquaise est faite à part. Cette sauce, comme son nom l’indique est d’origine basque. Elle est principalement composée de tomates, de poivrons, d’ail et de piment d’Espelette. La sauce basquaise n’est en fait rien d’autre qu’une piperade. Son nom vient du mot piper signifiant piment en basque.

J’ai voulu accompagner ce poulet basquaise avec du riz, mais un riz simple ne me convenait pas, j’ai donc eu l’idée de faire un riz au lait, mais version salée. Eh bien, j’ai trouvé que ça allait bien ensemble, et cette façon de cuire le riz, le rend fondant à souhait. Testez-le et dites moi votre avis.

Il y a une étape qui consiste à cuire le poulet à la vapeur, il vous faut pour cela un cuit vapeur ou une sorte de couscoussier. Il est indispensable d’utiliser un film alimentaire qui résiste à la chaleur, car les cuisses y sont enveloppées et précuites à la vapeur.

Continue reading »


Lumaconi farcis

Posted on

J’avais déjà vus plusieurs recettes de conchiglioni farcis et ça me tentait d’essayer.

Mais en faisant les courses, j’ai aperçu ces lumaconi et je les ai choisies pour les farcir.

La farce est constituée de fromage de chèvre, de tomates séchées et d’herbes fraîches.

On peut les manger froides ou bien gratinées au four, je les préfère ainsi.

Les lumaconis sont de très grosses pâtes ressemblant un peu à des coquilles d’escargot. Leur nom provient du mot « lumaca » signifiant « escargot » en italien. Le pluriel étant « lumache », il existe des pâtes se nommant ainsi, elles sont plus petites que les lumaconi.

Elles sont striées pour retenir la sauce et peuvent se manger farcies ou enrobées de sauce.

Continue reading »


Courge spaghetti sauce amatriciana

Posted on

La courge spaghetti est une courge dont l’intérieur est composé de filaments faisant penser à des spaghettis, d’où son nom.
Un ami m’avait offert une de ces courges venant tout droit de son jardin.

Je ne savais absolument pas comment cela se cuisinait et quel goût elle pouvait bien avoir.

J’ai un peu cherché sur le net les différentes cuissons de cette courge : elle peut se cuire au four, coupée en deux; dans une cocotte et à la casserole, dans de l’eau.
C’est cette dernière méthode que j’ai choisit. La courge est restée légèrement croquante et ce n’était pas pour me déplaire.

Je voulais absolument accompagner cette courge avec une sauce italienne, que l’on sert généralement avec des pâtes.
Mon choix s’est tourné sur la sauce amatriciana, originaire de la ville d’Amatrice. C’est devenu un classique de la cuisine romaine.
Elle se compose principalement de fromage sec, le pécorino; de salaison, originairement le guanciale (joue de porc salée) remplacé par de la pancetta ou du lard; ainsi que de la tomate et du piment.

J’ai bien sûr adapté la recette avec des ingrédients peu chers et accessibles ici: des lardons, du grana padano et des tomates pelées, car la saison des tomates est terminée.

Je peux vous dire que la courge spaghetti et l’amatriciana se marient très bien ensemble.

Continue reading »



Panzanella

Posted on

 

La panzanella est une salade d’origine italienne, Toscane pour être plus exact.

Les principaux ingrédients qui la composent sont le pain rassi et la tomate, c’est ce qui fait de cette salade un délice, car le pain absorbe le jus de la tomate et de l’assaisonnement, miam!

Il paraitrait que cette salade est très ancienne et qu’elle se composait alors de pain, d’oignons, de vinaigre, d’huile d’olive et d’herbes, la tomate n’ayant pas encore été importée.

Vous aurez donc compris que la qualité du pain est importante pour confectionner la panzanella. Un bon pain de campagne, complet, poilane, bref un pain ayant une mie tenant bien l’humidité est donc conseillé.

Vous pouvez très bien agrémenter cette salade avec des olives, du concombre, des anchois, du thon… Pour ma part j’y ai ajouté de la mozzarella de bufflonne, rien à voir avec celle que l’on nous vend en supermarché, celle de bufflonne a du goût au moins.

J’ai utilisé également des tomates de qualité, préférez les coeur-de-boeuf ou les marmandes.

Continue reading »


Mafé de poulet

Posted on

Après une longue absence due à des problèmes d’appareil photo mais aussi au fait que nous sommes partis en vacances, je reviens en beauté avec ce petit plat venu tout droit d’Afrique.

J’ai découvert le mafé il y a quelques années dans une cantine de foyer africain et ça m’avait bien plu.

Le mafé se cuisine dans toute l’Afrique noire, mais on le retrouve surtout au Sénégal. Ce plat de viande à base d’arachides peut se préparer avec du mouton, du poulet ou du boeuf.

Dans certains pays on y ajoute des légumes comme du chou, des carottes, des patates douces… On l’accompagne généralement de riz wolof (sorte de riz pilaf agrémenté de tomates, d’ail, oignons).

Certains, pour y donner un goût plus prononcé, y ajoutent également du yété (poisson ou crustacé séché).

Cette recette peut également se nommer le « poulet dakatine » en référence à la pâte d’arachide du même nom.

De mon côté, j’ai suivit la recette de mon bouquin « le larousse des cuisines du monde » et y ai changé quelques petites choses.
J’ai accompagné ce plat de riz pilaf, vu que j’adore ça.

Pour ceux qui sont réticents à goûter ce plat, vous pouvez très bien diminuer la quantité de pâte d’arachide ainsi son goût y sera moin prononcé mais il y donnera son petit plus si caractéristique.

Continue reading »


Pain aux légumes

Posted on

J’ai été invitée à un barbecue et chacun devait ramener un petit quelque chose à manger que l’on a fait soit même.

Pour ne pas ramener une énième salade j’ai eu l’idée de faire un pain, mais pas un pain ordinaire, parfumé avec des légumes.

Il est composé de farine complète ainsi que de farine de seigle, c’est pourquoi il le pain lève peu, l’ajout de légumes y est également pour quelque chose.

Ma fois il était bon mais légèrement trop tassé, moi et la boulange, il va falloir qu’un jour on se mette d’accord…

J’ai fait pétrir et lever ma pâte à la MAP, mais je pense qu’il est tout de même mieux de faire sa pâte soit même.

Vous pouvez servir ce pain avec du fromage frais, des tartinates, en accompagnement d’une viande au barbecue…

Continue reading »


Empanadas

Posted on

L’empanadas est un chausson farci de poisson ou de viande ainsi que des légumes, des oignons, d’oeufs, de pommes-de-terre… La farce varie selon la région ou le pays.

On retrouve ces chaussons dans la cuisine traditionelle espagnole mais également en Amérique du Sud (Argentine, Chili, colombie, Pérou et Vénézuella). C’est un plat typique voir même national dans ces pays.

Ils se servent en hors-d’oeuvre ou en collation.

Le mot empanada signifie « fourré » en espagnol.

J’ai trouvé cette recette dans mon « Larousse des cuisines du monde » mais je l’ai adaptée à ma façon.

Continue reading »