Rôti & sauce aux fruits rouges

Posted on

Pour cette fin d’été, je vous propose cette simple recette de rôti accompagné d’une sauce aux fruits rouges.

J’ai cuisiné un rôti de cheval, mais cette sauce peut accompagner un rôti de bœuf ou encore mieux, un gibier  : biche, sanglier, chevreuil, etc… Le goût fort du gibier ira très bien avec les fruits.

Pour les fruits rouges, il vaut mieux choisir les plus acidulés. Un mélange de cerises, de mûres, de cassis et de groseilles rouges sera parfait.

Comme vous pouvez voir sur la photo, j’ai accompagné le tout de pommes-de-terre au four, de petits pois et d’asperges.

Continue reading »


Bánh mì au canard sauce hoisin

Posted on

Oui je sais, j’ai mélangé dans cette recette deux plats asiatiques, de pays différents : le banh mi pour le Vietnam et le canard sauce hoisin pour la Chine.

le bánh mì signifie à la base « pain de blé », et représente plus particulièrement la baguette française introduite au Vietnam lors de sa colonisation, fabriquée avec un mélange de farine de blé et de riz. le Bánh mì est aujourd’hui un sandwich garni d’un mélange d’ingrédients français (baguette,mayonnaise, pâté, etc…) et vietnamiens (légumes marinés, coriandre, viande marinée, etc…). La viande utilisée au vietnam est très souvent du porc sous forme de foie, pâté, galettes, rôti ou encore fromage de tête.

La sauce hoisin est une sauce chinoise, qui rappelle la sauce barbecue que l’on connait. Elle est donc sucrée salée et se compose normalement de fèves de soja fermentées, d’ail, de vinaigre, de piment et de sucre.

De mon côté j’ai donc fait de petites entorses quant à la composition de chacune des recettes sus nommées. J’ai ajouté dans le bánh mì du canard, qui a été mariné avec de la sauce hoisin que j’ai composé avec du beurre de cacahuète en remplacement du soja fermenté. J’ai trouvé la recette de cette sauce sur le blog de Papilles & Pupilles.

Bon, ok je en me suis pas trop foulée sur ce coup là, mais je voulais vous faire découvrir ce sandwich que j’ai récemment découvert et qui change du traditionnel parisien, je vous avouerait que je préfère nettement le bánh mì.

J’y ai mis mes carottes marinées en pickles que j’ai fait il y a quelques temps, en voici la recette ici.

Ce sandwich est idéal quand vous avez des restes de viande, pour le lendemain (poulet, rôti de veau, porc, etc…).

Continue reading »


Cuisses de canard confites ail et miel, pommes-de-terre sarladaises

Posted on

Dans cette recette je vous explique comment préparer du confit de cuisses de canard, fait maison.

Le confit de canard est un mets qui existe depuis l’antiquité, mais on le trouve traditionnellement en France dans le Sud-Ouest. Il est avant tout une technique de conservation, car le canard et d’abord mariné dans le sel, puis cuit dans sa graisse et conservé dans celle-ci. La viande est longuement cuite à basse température. Il faut compter quelques jours pour la préparation du confit de volaille de A à Z.On peut également confire de l’oie, car c’est une volaille grasse.

On peut utiliser simplement du gros sel pour la première étape de sa préparation, j’ai préféré ajouter d’autres épices afin que la chair absorbe plus de saveurs. N’hésitez surtout pas à bien rincer le canard après salaison, vous pouvez même le laisser tremper dans de l’eau tiède quelques heures.

Ne soyez pas tentés par la cuisson des cuisses de canard dans le four, cela les asséchera, et elles seront immangeables.

Après avoir confit le canard, je n’ai pas attendu pour le cuisiner avec du miel et de l’ail, mais vous pouvez très bien garder votre confit plusieurs mois, à condition de le conservé dans des bocaux stérilisés, et que la viande soit bien recouverte de graisse.

J’ai classiquement accompagné ce confit avec des pommes-de-terre à la sarladaise (et non pas salardaise). Ces pommes-de-terre sont sautées avec la graisse de canard, avec de l’ail et des champignons. C’est pas très « régime minceur » tout ça, mais de temps en temps, c’est top!

Les pommes-de-terre sarladaises seraient originaires de la ville de Sarlat, dans le Périgord, en Dordogne.

Continue reading »


Bourbelier de sanglier à l’ hypocras

Posted on

Voici une recette médiévale que je tenais à vous faire découvrir.

Ayant préparé de l’hypocras, j’ai voulu y faire cuire un bon gibier, car en ce moment c’est la saison et j’adore le goût fort des gibiers.
Après y avoir réfléchis, j’ai quand même regardé sur le net afin de me renseigner sur l’existence d’une telle recette et j’ai trouvé le « bourbelier ».

Le mot bourbelier est le nom de la poitrine du sanglier, qui vient du mot bourbe/boue, le sanglier se déplaçant dans la boue, ce qui lui laisse des traces de boue sur la poitrine.
Ensuite ce mot est entré dans le langage culinaire au XIVème siècle pour indiquer une recette de sanglier mijoté.

Comme d’habitude, j’ai mis mon petit grain de sel dans la recette, sans complètement sortir du contexte du moyen âge.

La recette nécessite un minimum de 12h de marinade, et comme tous les plats en sauce, il est meilleur le lendemain. Si vous le pouvez, préparez le 2 jours à l’avance.

Vous pouvez accompagner ce plat, comme moi, d’une poêlée de châtaignes aux champignons des bois.

Continue reading »


Rôti de cerf en croûte

Posted on

Pour impressionner vos invités et leur servir un plat digne de ce nom je vous conseille ce joli rôti de cerf en croûte.

La recette originale est composée d’un filet de boeuf, de champignons et de pâte feuilletée.

De mon côté j’ai choisit un gibier, des champignons des bois, du foie gras et également une pâte feuilletée.

Il est important de prendre une pâte feuilletée de qualité. Si vous en avez le courage, faites-la vous même, sinon commandez-en une à votre boulanger.

J’ai accompagné ce rôti d’une sauce aux airelles maison (que j’ai oublié de photographier) et d’une composition de garniture dont la recette sera publiée dans le prochain billet.

Au fait, je vous conseille de vous munir d’un très bon couteau pour couper cette merveille, sinon ça part en catastrophe, c’est ce qui m’est arrivé…

Continue reading »


Chamois rôti et ses trois purées

Posted on

Quoi?! Du chamois!?

Je sais ce que vous allez penser, je suis une vilaine fille qui traque les animaux dans la montagne pour m’en délecter avidement lors d’une orgie le soir d’une pleine lune sur fond de chansons paillardes…

Ah non, loin de moi cette idée… J’ai eu l’occasion de me faire offrir un gigot de chamois pour que je puisse assouvir (oui oui) ma curiosité quant à ce gibier peu connu.

Donc, je pense que vous aurez rarement l’occasion ou l’envie d’en cuisiner mais je vous donne quand même ici la recette que j’ai réalisé pour la saint Valentin.

Pour un maximum de tendreté, j’ai enveloppé le chamois dans de la crépine et ai en plus mis le tout dans un sachet spécial pour cuire les aliments rôtis dans le four. Ma mère m’avait donné ça en revenant de Pologne, je ne sais pas si ce genre de sachet se trouve en grandes surfaces.

Continue reading »